Comment dépasser les attaques de la concurrence ?

Comment dépasser les attaques de la concurrence ?

La peur d’être vu(e), une grande cause de faillite chez les pros du bien-être.

Parce qu’être vu(e) c’est risquer les critiques et pire,  les attaques.
Je l’ai vécu quand je me suis lancée, il y a 15 ans.
Et j’ai failli tout arrêter.

Ce passage très douloureux fait partie de mon histoire, et peut-être de la tienne.

Je me rappelle de l’ultime clic qui allait rendre mon site internet visible sur la toile : « Julia Rogozarski, Feng Shui »
Le clic le plus long de ma vie. J’avais tellement peur !  
Rien que d’y penser je me fais de la peine.

J’étais entre l’excitation et la peur.
L’excitation d’être visible pour les femmes qui cherchaient des solutions à leurs problèmes et paradoxalement la peur d’être vue car je ne me sentais pas légitime.
J’avais tellement peur que l’on démasque l’imposteur Feng Shui que j’étais !

Et finalement, rien. Aucune critique, aucune attaque.
Parce que je ne faisais rien pour : aucune intervention sur les réseaux, pas encore de blog pour partager mes idées sur le Feng Shui.

Prenant petit à petit de l’assurance je décide d’intervenir timidement dans certains forums.
Mon style et mes réponses semblant plaire, quelques abonnées me contactent en privé me demandant des conseils car mon approche leur semblait différente.

Plutôt que de répondre individuellement je décide de partager ces questions et mes réponses publiquement, sur un blog.
Je crée même un ebook gratuit pour expliquer l’impact de l’habitat sur notre vie.

Déchainement !

Julia Rogozarski - Feng Shui Perpignan. Etoiles volantes 2023

J’ignore où étaient planquées ces personnes mais j’ai reçu un paquet de critiques !

En voici quelques-unes :

  • Je ne connais rien en Feng Shui :

Puisque j’ai suivi l’enseignement de Lillian Too, je ne connaissais rien en Feng Shui.
Malgré sa formation auprès de Maître Yap, Lillian Too n’était qu’une business woman qui écrivait les livres Feng Shui les plus vendus au monde, mais ne connaissait rien au Feng Shui.
Il aurait été content de lire ça M’sieur Yap, qui reste LA référence du Feng Shui mondial.
Tu penses bien que je ne lui ai rien dit ! (Je ne le connais pas )

  • Je ne connais rien en Feng Shui (2) :

Je devrais regarder le site d’unetelle, qui est une vraie consultante Feng Shui, elle. Très franchement, au bout de 15 ans j’ai oublié son nom et je n’ai pas trop envie de m’en souvenir !

  • Je trompe les gens :

Car je simplifie tout, laissant croire que le Feng Shui est simple alors que c’est très compliqué.
C’est vrai, je n’utilise pas de termes chinois.
Je parle français et j’explique les choses simplement.
Je parle français, anglais, slave, un reste d’allemand et je suis en train d’apprendre l’espagnol.
Tu crois que j’ai envie de me taper les noms des 24 montagnes en chinois alors que ça ne m’apporte rien ? Ni à mes lectrices non plus d’ailleurs.

  • Mes supports sont nuls :

J’avais écrit ledit ebook en format paysage.
Oui mauvaise idée. A cette époque j’avais lu qu’il était naturel pour nous de lire du contenu comme sur la télé, en mode paysage.

Le problème est qu’une lectrice n’a pas réussi à bien imprimer le document et j’en ai reçu des vertes et des pas mûres !
« Vous ne pensez jamais au paramétrage des imprimantes ? » Franchement, non.

  • Mon style est inconcevable sur la toile :

« Pour qui vous prenez-vous à tutoyer les gens comme ça ? »
« Votre style est choquant, vous n’avez rien à faire sur internet »

  • Je devrais avoir honte de ce que j’écris. C’est irrespectueux pour les femmes qui souffrent.

Ok, j’avoue. Un jour j’ai écrit un article intitulé « Tu es responsable de la merde qu’il y a chez toi ».
En effet ça craint. Mais pour la petite histoire, vas savoir pourquoi j’avais très envie de le nommer ainsi sachant que j’allais changer le titre avant de publier l’article.
Alors je me suis faite plaisir et j’ai laissé ce titre pendant le temps que j’écrivais.
Oups, j’ai oublié de modifier le titre et l’article est paru ainsi. Il est devenu viral !
Une communauté (que je ne nommerai pas) s’est déchainée.
Et je comprends !

Pour être tout-à-fait honnête, j’aime bien cette « bêtise ».

Mais tu sais quoi ? Cet article a suscité plus d’une centaine d’abonnées à mon blog en 15 minutes.
J’ai créé une scission dans ce groupe de femmes entre les outrées et les fans.
Chacun son truc, là je ne pouvais plus rien faire !

Courageuse ? Battante ?

Pas du tout. J’ai vraiment eu peur car j’ai estimé qu’elles avaient toutes raison.
Les critiques me hantaient jour et nuit. J’étais très mal.
Tout ceci confirmait que j’étais vraiment un imposteur et j’ai voulu arrêter.

Et aujourd’hui encore :

En 15 ans la tempête s’est calmée.
Mais aujourd’hui la pub de mon magazine reçoit quelques émoticônes En colère ou Mort de rire.
Et les auteurs ont tous raison. 

En effet, mon message, mon style, ma manière de parler ne leur convient pas alors elles sortent les crocs, ne sachant comment faire autrement.

Je peux le comprendre alors je laisse faire.
Je ne m’en fous pas, mais je me focalise sur mon travail et tout le positif qui m’arrive.

Aujourd’hui je cartonne. Le 1er magazine Feng Shui est ici :

Ne lis pas ces mots comme signe d’orgueil de ma part.

Je doute tous les jours et chaque jour j’apprends.
Je me forme, je m’informe car la seule chose que je sais est que je ne sais pas.
Je partage ce que je sais, ce qui constitue un atome de ce qu’il y a à savoir.
Mais je le partage avec l’envie de donner une bouffée d’air frais dans les projets et les envies de celles qui me suivent, cette même bouffée d’oxygène que j’ai ressentie en découvrant le Feng Shui.
Voilà ce que je transmets. 

Je te partage mon parcours pour te motiver à y aller, toi aussi, à viser quelque chose de plus grand et puissant que les critiques.

Malgré mon manque de légitimité et mes peurs :

  • J’ai créé Love Feng Shui, le 1ermagazine d’inspiration Feng Shui de France
  • J’ai été invité 5 fois à la radio pour parler du Feng Shui
  • 2 fois à la télé (invitations refusées car les émissions ne me convenaient pas : une avec ambiance « victimite » et l’autre, trop de jugements sur les personnes concernées par le thème)
  • J’anime des ateliers chez Leroy Merlin, sans jamais avoir démarché l’enseigne, qui est venue à moi,
  • Mon site a été entièrement copié par une consultante Feng Shui en Suisse (mes articles aussi, signés par elle) mais je l’ai appelée et on s’entend très bien,
  • Mes ateliers sont copiés aussi (j’en profite pour dire que dans une volonté de vraiment travailler avec mon âme, je ne regarde JAMAIS ni les ateliers, ni les tarifs des confrères et consœurs Feng Shui),
  • Je ne suis ni au chômage, ni au RSA, je vis de mon activité,
  • J’ai une liste d’attente pour une formation Feng Shui que je n’ai pas le temps de mettre en place,
  • Je suis la fierté de mon mari et de mes 2 garçons qui ont compris que l’on pouvait tout dépasser et réussir,
  • J’ai des clients à l’étranger.

Et parce que j’ai cru les critiques, j’ai failli tout arrêter et passer à côté de toutes les joies et épreuves que j’ai traversées pour arriver à cela ?
Pour tout t’avouer, quand j’ai commencé je n’aurais jamais imaginé en arriver là.

Prétentieuse ?

Pour certains sûrement et comme pour les critiques, je comprends juste que je ne rentre pas dans leurs codes.
Mais ma mission n’est pas de plaire.
Ma mission est d’apporter des solutions aux femmes qui me le demandent.
Le reste, je ne m’en fous pas mais c’est devenu moins important.

Comment prendre confiance et te tenir droite devant les critiques :

  • Entoure-toi de personnes qui ont réussi.

Elles sont souvent parties de rien et ayant aussi connu ça, elles ne critiquent pas. Elles t’encourageront, te corrigeront si besoin.

Lors de mon étude de marchés j’ai rencontré un des plus grands architectes de Perpignan.
Il a été ma lueur dans la nuit.
Il n’a jamais rien su de mes peurs mais il savait me féliciter à chaque fois que nous nous voyions (on finit souvent la soirée avec un whisky à la main et tu sais quoi ? J’adore ces moments avec lui).
Il me faisait confiance malgré mon manque d’expérience dans le « monde des affaires ».
Nous sommes restés amis. D’ailleurs je vais l’appeler.

  • Reste authentique :

Tu as un style particulier ? Garde-le !
C’est ainsi que tu seras à l’aise et avec tout le monde.
Pourquoi ? Parce que tu vas attirer à toi les personnes qui se sentent bien avec toi justement pour qui tu es.
Oui cela prendra peut-être un peu plus de temps mais c’est la seule manière de ne jamais trahir les prospects et clients qui sont venus à toi.

  • Reste convaincue :

« Tu es perchée ! T’es trop marrante avec tes trucs de bisounours ! Tu devrais plutôt trouver un travail comme tout le monde. Et y en a qui croient à tes trucs ? Tu fais partie d’une secte ? Y a des gens qui vont te payer pour ça ? »

Si tu es convaincue, ne les écoute pas.
Sous couvert de bienveillance, ils te font part de LEURS peurs.
Laisse les se débrouiller avec. 
Et si ça te gonfle, invite-les gentiment à s’occuper de leurs projets (s’ils en ont) pendant que t’occupes de te rendre disponible pour tes clients.

  • Dis la vérité :

Même si elle ne correspond pas à la vérité des autres, ta technique, ce que tu proposes répond forcément à un besoin.

Ne mens jamais sur les résultats, sois très claire sur les limites de ta technique et sur ce que tu peux vraiment apporter.

Ensuite lève la tête et fonce. Tu traverseras des étapes très inconfortables :  1ère séance, 1er passage en direct à la radio, 1er atelier en groupe…ferme les yeux et jette-toi dans cette passion. Tu en sortiras grandie à chaque fois.

Et toi, où en es-tu de ton activité ?

Julia Rogozarski. Feng shui et Home organising Perpignan. Les 3 fléaux Feng Shui

Oses-tu montrer pleinement qui tu es ?
Te rends-tu visible, donc accessible pour les personnes qui cherchent la solution que tu peux apporter à leur problème ?

J’espère que oui car des gens ont vraiment besoin de toi.

A bientôt ! 

Laisser un commentaire

Fermer le menu